Comment installer une cloture en bois?

cloture en chataigner

Qu’il s’agisse de clôturer votre jardin, une prairie pour y mettre des animaux ou un parc par exemple pour la chasse, il y a quelques règles à respecter pour réussir à planter sa cloture efficacement.

 

Le choix de l’essence

Si vous choisissez le bois pour vos clôtures, plusieurs essences sont possibles.
On a tout d’abord le châtaigner qui présente comme on a pu le voir de nombreux avantages et en particulier de fait d’être imputrescible et d’autre part d’avoir un tanin qui le protège des insectes et évite donc l’utilisation de traitements pour certains assez polluants.

On a ensuite de robinier faux acacias qui présente des qualités assez proches de celle du châtaigner et qui du fait de sa durabilité est également un bon produit pour faire des piquets. Il présente en revanche un inconvénient, celui d’avoir une écorce qui peut être toxique pour les animaux.

On retrouve également certains résineux qui peuvent être adaptés pour la réalisation de clôture. Il présente en revanche l’inconvénient de devoir être traités pour pouvoir être utilisés ce qui a un cout et qui n’est pas très satisfaisant sur le plan écologique.

Pour ce qui nous concerne, la préférence va donc au châtaigner qui, au-delà de ses qualités intrinsèques, est un habitué de nos forêts ce qui permet de réduire l’empreinte carbone de son exploitation liée au cout de transport.

Une fois choisie l’essence, il ne vous reste plus qu’à démarrer votre clôture.

 

Préparer votre clôture

La 1ère chose à faire c’est d’avoir les idées claires sur la nature de votre clôture et sa dimension. Vous allez avoir besoin de ces éléments avant d’aller commander ou préparer vos piquets.
L’idéal est souvent de faire un rapide dessin de sa clôture en identifiant bien :
• la longueur que vous souhaitez en mesurant le périmètre de votre enclos
• la hauteur de votre clôture hors sol à laquelle il faudra ajouter le hauteur enterrée
• le nombre et la taille des ouvertures
• le nombre d’angles ou de portions de clôture de plus de 20 mètres pour prévoir les jambes de force.

 

Le choix de la hauteur

Selon l’objectif de votre clôture (clôture d’une prairie pour animaux, séparation avec un voisin, clôture d’un parc, …), la hauteur à prévoir n’est bien entendu pas la même.

Si vous clôturez un parc pour de la chasse, les piquets devront avoir au moins 2m ou 2,5m. Si vous clôturez une prairie pour des animaux d’élevage, une clôture de 1,2m est sans doute suffisant.

Mais nous parlons là de la hauteur hors sol de la clôture à laquelle il faudra ajouter une partie enterrée qui doit faire environ 1/3 de la partie hors sol.

Cela signifie que si vous souhaitez une clôture de 1,2m, il faudra ajouter 40cm soit un piquet d’environ 1,6m.

 

La taille des ouvertures

C’est un point important car récemment un de nos clients à fait une très jolie clôture autour de sa piscine avant de s’apercevoir une fois qu’il l’avait terminée, que son tracteur tondeuse ne passait pas par la porte.

Vous devrez donc bien définir la largeur de vos ouvertures en fonction des usages prévus en tenant compte de la taille de vos matériels mais également en anticipant l’évolution de ces matériels. SI l’on regarde l’évolution de la taille des tracteurs ces 20 dernières années ils se sont clairement élargis.

Il ne faudra pas oublier non plus que derrière votre tracteur, il peut y avoir une remorque dont la largeur peut être supérieure à celle de votre tracteur.

 

L’espacement entre les piquets.

On dit que le bon espacement entre 2 piquets est égal à la hauteur totale du piquet y compris sa partie enterrée.

Donc, si vous avez un piquet hors sol de 1,2 m, sa hauteur totale sera de 1,6m ; vous planterez donc vos piquets tous les 1,6 m.

cloture chataigner

Clôture en châtaigner

En fonction du terrain et de la longueur de votre clôture (au-delà de 30 m) mais également en fonction des angles sur votre clôture, vous serez amené à mettre des jambes de force dont l’objectif est de renforcer votre clôture.

Ces jambes de force viendront prendre appui sur le piquet au 2/3 de sa hauteur pour le renforcer. La

longueur de la jambe de force sera au moins égale à la hauteur totale du piquet si vous la calez sur le milieu du piquet et un peu plus grande si vous la calez sur le haut du piquet.

 

Comment planter vos piquets

Vous avez votre plan, vous avez vos piquets, il ne reste plus qu’à lancer le travail.

En fonction de la nature du terrain et de la profondeur d’enfoncement souhaitée du piquet, il vous faudra des outils adaptés. Tout ceci dépendra également de la longueur de votre clôture. Il n’en est évidemment pas de même selon que l’on fait une clôture de 10m ou une clôture de 100m.

Si le sol est meuble avec une couche terreuse profonde et que votre clôture n’est pas trop longue, vous pourrez enfoncer directement vos piquets à l’aide d’une masse. Vous ferez attention, pour ne pas abimer votre piquet, à bien le protéger avec un martyre qui est une pièce de bois dure intercalée entre le dessus du piquet et la frappe de la masse.

Si vos clôtures sont plus longues ou si le sol est plus dur, vous pouvez vous aider d’outils mécanisés comme un enfonce pieux qui est un outil pneumatique qui va remplacer la masse. Vous pouvez également utiliser une tarière qui peut être soit autonome soit fixée derrière un tracteur. Enfin pour ceux qui ont du matériel agricole, ils utilisent souvent une pelleteuse et son godet pour planter leurs piquets.

 

 

En conclusion et avant de vous lancer tête baissée dans la réalisation de votre cloture, il est important de bien préparer les choses en amont et d’avoir les idées claires sur les différents points que nous avons évoqués.

Comments
  • Cote Cloture dit :

    Pour le type de bois, on trouve assez facilement des poteaux en bois traité autoclave classe IV, qui sont imputrescible. C’est idéal pour éviter de devoir les traiter régulièrement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *